L'éducation

Renforcer la qualité de l’enseignement, une priorité nationale

L’accès à l’éducation en Guinée a considérablement progressé ces 25 dernières années. La nette progression du taux de scolarisation, passé de 47% en 1995 à 91,5% en 2017 et la hausse de la part des filles scolarisées en Guinée en sont de bonnes illustrations.

En 1994, un élève guinéen sur trois était une fille, en 2016 ce ratio se rapprochait d’un élève sur deux, selon les chiffres du PNUD.

Ces résultats viennent illustrer les efforts du pays engagés depuis dix ans pour faire de l’éducation et de la formation des secteurs prioritaires. Cette politique s’articule autour de quatre axes :

  • La poursuite des efforts sur la voie de la scolarisation primaire pour tous et le développement de l’éducation de base, tout en réduisant les disparités.
  • L’amélioration de la qualité et de la pertinence de l’enseignement et de l’apprentissage à tous les niveaux.
  • Le développement de meilleurs programmes et formations pour l’enseignement technique, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur, en cohérence avec les besoins économiques du pays.
  • Le renforcement de la gouvernance dans le secteur éducatif par l’amélioration de l’efficacité en matière de gestion du système et le renforcement du processus de décentralisation.

Les progrès du système éducatif guinéen concernent l’ensemble du territoire bien que certaines disparités entre les zones urbaines et rurales persistent. Le Programme Sectoriel de l’Education (PSE) oriente la stratégie du pays et consigne les objectifs de la Guinée en matière d’éducation. Ce document est l’œuvre des autorités nationales et leurs partenaires techniques et est généralement mis à jour tous les trois à quatre ans.

Les PSE adoptés depuis 2010 ont développé des programmes pour renforcer les compétences méthodologique et pédagogiques des maîtres dans le primaire. Un premier succès a couronné ce dispositif : A la fin du premier PSE, 3 enseignants sur 4 avaient bénéficié de ce dispositif. Le PSE1 a également proposé des sessions pour compléter la formation des animateurs pédagogiques (APES) au métier de professeurs de collège.

Pendant la mise en œuvre du second PES, les autorités guinéennes ont collaboré avec des organismes de formation du Royaume du Maroc au renforcement de la qualité de l’enseignement secondaire technique en Guinée.