Adama Fall, en mission pour insuffler le leadership en Guinée

Madame Fall, pouvez-vous nous présenter votre parcours en quelques mots ?

Je suis Adama Fall, PDG du Groupe A&M Business et fondatrice de l’association des Jeunes pour l’Équilibre Social de la Guinée. Après des études à l’école de formation Professionnelle du groupe EDICOM (Edition Communication) à Dakar au Sénégal, je suis titulaire d’un Brevet de Technicien Supérieur – BTS – en comptabilité. Spécialisée dans la gestion des ressources, j’ai également participé à la révision des listes électorales guinéennes pour les élections présidentielles et législatives de l’année 2015.

Quel regard portez-vous sur l’évolution de l’économie Guinéenne ?

La Guinée présente de très nombreux atouts naturels mais son économie demeure relativement peu diversifiée et structurellement vulnérable aux chocs exogènes notamment sur les matières premières.

La contribution du secteur agricole est relativement modeste alors que ce secteur emploie près de 7 personnes sur 10 de la population active. Le secteur secondaire est principalement dominé par les activités minières qui, avec la bauxite et plus marginalement l’or et le diamant, représentent la majeure partie des exportations du pays ; l’énergie est également un secteur stratégique, tant pour les investissements en cours que pour les effets d’entraînement sur les autres activités. En dépit des nombreux atouts, les indicateurs socio-économiques demeurent très fragiles.

Quelles sont les activités du Groupe A&M Business ?

Le groupe A&M Business est un réseau de managers soutenu par une équipe de production jeune, réactive ponctuelle homogène et souple composée de professionnels  aux compétences diversifiées et maîtrisant la Communication Institutionnelle, Événementielle, Marketing et des Ressources Humaines. Le Groupe a pour activité la communication et l’intérim (Placement, la Gestion des Ressources Humaines, le Conseil, etc..).

Quel regard portez-vous sur l’évolution de l’économie guinéenne ?

Le climat des affaires s’est amélioré ces dernières années mais beaucoup d’efforts restent à faire. Pour développer mon entreprise, je m’adapte sans cesse au déroulement du marché et de créer des idées novatrices qui touchent directement mon secteur d’activité – des choses qui n’ont pas encore été faites et dont j’ai la primeur pour A&M business. C’est en étant au-devant de la scène dans ma conception que j’arrive à faire évoluer le groupe et à lui insuffler une réputation.

Quelles sont vos perspectives futures et vos prochains objectifs ?

Pour le Groupe A&M Business, nous rêvons être leader dans notre secteur d’activité – c’est d’ailleurs pourquoi nous développons une culture d’entreprise centrée sur le leadership.

Nos objectifs sont d’être incontournable sur le marché guinéen, accroître l’étendue et l’efficacité de l’entreprise, la formation et le perfectionnement des employés de notre cabinet. En bref une pratique responsable des affaires exacerbées pour le futur, valoriser mon entreprise et la confiance de nos partenaires sans cesse en leur apportant la plus-value qui leur est nécessaire. Je suis très enthousiaste à l’idée de poursuivre cette activité, je reste convaincue du potentiel de mon activité.

Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à fonder l’AJPEG (Association des Jeunes pour l’Equilibre Social de la Guinée) ?

Ce qui m’a motivé à créer AJPEG sont les difficultés que connaissent la jeunesse guinéenne, les enfants, les filles et les femmes de notre pays. J’ai voulu alors avoir une association qui prend la défense de ces populations, afin de créer plus d’égalité pour les filles ou les femmes victimes de violences. J’ai pensé que mon pays avait besoin de cela, cette mission sociale est une responsabilité, un devoir citoyen qui incombe à ceux qui en ont la possibilité !

Y-a-t-il eu des modèles vous ayant inspiré pour la fondation de l’AJPEG ?

Je pourrais par exemple vous citer OXFAM et AMNESTY INTERNATIONAL : depuis que je suis toute petite, j’ai été fascinée et inspirée par leur action salvatrice et leur altruisme pour les pays en voie de développement. Cela a éveillé en moi le sens du devoir social, rien n’est plus inestimable que la vie humaine et la décence de vivre correctement !

Quelles sont les principales actions menées par l’association ?

Concrètement Ajpeg se veut d’apprendre et de faire comprendre l’importance d’une scolarité et d’une formation pour que tous les jeunes aient les mêmes chances dans notre pays et dans le monde. Nous voulons apprendre aux jeunes filles et femmes à défendre leur droits et essayer de changer la législation en leur faveurs.

L’éducation sexuelle des filles et des garçons, la lutte contre l’excision et les mariages précoces et l’amélioration de services de santé sont aussi primordiales. Nous encourageons les parents à accepter le changement d’époque, certaines mœurs doivent changer voire disparaître, afin de favoriser  l’ouverture d’esprit des communautés. Nous voulons également changer l’esprit au niveau du gouvernement afin de développer le potentiel des filles comme des garçons, et à combattre toute forme de violence, à l’égard des filles et des femmes.