Sécurité alimentaire, résilience et agro-écologie : première évaluation du programme SARA

Un premier séminaire de présentation et d’échanges sur les actions menées en Guinée Forestière et en Moyenne Guinée par le projet Sécurité alimentaire, résilience et agro-écologie (SARA) s’est déroulée fin septembre dernier. Mis en place en 2016, le projet Sécurité alimentaire, résilience et agro-écologie (SARA) a pour objectif l’amélioration de la chaîne agro-alimentaire en Guinée. Le projet Sara soutient les organisations paysannes et professionnelles qui mènent des activités de production, transformation et/ou commercialisation, et contribue à la structuration des filières avec un partage équitable des revenus et la recherche de débouchés locaux.

Le projet inclue aussi des actions de sensibilisation aux bonnes pratiques nutritionnelles et de mobilisation communautaire, en recherchant une synergie et des passerelles entre les activités agricoles et la nutrition.

Le projet Sara a commencé en octobre 2016 pour une durée de 3 ans, avec un budget total de 3,7 millions d’euros. Il est cofinancé par l’Union européenne (81%), le CCFD-TS (14%), le programme « Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest » du Comité français pour la solidarité internationale et de la fondation de France, ainsi que par les apports d’autres partenaires et des bénéficiaires (5%).

Les interventions sont principalement concentrées en Moyenne Guinée sur les filières riz, maïs et pomme de terre et en Guinée Forestière sur les filières riz et huile de palme rouge, avec également des actions de promotion du riz de mangrove de qualité en Basse Guinée. Le projet appuie également l’organisation d’ateliers de concertation régionaux et nationaux, de visites d’échanges, d’actions de plaidoyer, de capitalisation et de communication.

Les premiers bilans de cet ambitieux programme commencent à être dressés. Un séminaire de présentation et d’échanges sur les actions menées en Guinée Forestière et en Moyenne Guinée a ainsi réuni fin septembre dernier les représentants des producteurs du pays et les représentants des différents ministères associés au projet.

La rencontre a mis en perspective les stratégies et pratiques mises en œuvre dans le projet SARA. Les participants ont proposé des plans d’action régionaux, notamment pour le développement et la pérennisation d’une filière rizicole de qualité en Guinée.

La présidente de la Fédération des vivriers de la Basse Guinée, Salématou Camara, a souligné la qualité de la méthode du projet Sara dans la chaine de production, depuis la gestion des semences jusqu’à l’assiette. Elle a félicité sont impact positif son impact sur la vie des producteurs guinéens et exprimé le souhait d’une reconduction du projet Sara, promoteur d’une véritable autonomisation des producteurs. « Il faut profiter des connaissances léguées par ce projet pour votre prise en charge définitive afin que le Guinéen mange à sa faim », a-t-elle conclu dans son adresse finale aux participants.