Une délégation de femmes guinéennes en Côte d’ivoire pour s’imprégner du Compendium des compétences féminines

Une délégation forte de six membres, dont trois de l’administration et trois du PNUD Guinée

Une délégation d’experts guinéens a séjourné à Abidjan du 17 au 22 février 2020, dans le cadre de sa rencontre avec le Compendium des compétences féminines de Côte d’Ivoire, une cellule de réflexion sur les questions du genre. Un voyage motivé par les résultats obtenus par le Compendium dans la lutte contre les disparités de genre, qui pousse de nombreux pays de la région à s’intéresser au modèle proposé par cette cellule. Un partenariat a d’ailleurs été lancé entre le Compendium et la chaire Unesco d’Abidjan « Eau, femmes et pouvoir de décisions ».

L’administrateur général de cette Chaire et expert en question de genres Alexis Tchakpié a confirmé que le Compendium avait été reconnu comme un modèle de bonnes pratiques par les institutions africaines régionales. CEDEAO et Union Africaine recommandent d’ailleurs aux autres pays de mettre en place un dispositif similaire pour contribuer à la lutte contre les inégalités et préconisent d’étudier les institutions de la Côte d’Ivoire, une référence dans ce domaine. « La Guinée, représentée par une délégation d‘experts, est venue pour comprendre comment le programme a été monté, les difficultés rencontrées et les résultats obtenus » a-t-il déclaré.

Batouly Kaba, directrice nationale adjointe du Genre et de l’Equité

L’expert, qui a accueilli en Côte d’Ivoire la délégation guinéenne, a notamment présenté l’action de la Ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant de la Côte d’Ivoire Euphrasie Yao Kouassi. Sa politique a été menée en utilisant les nouvelles technologies numériques, pour créer de l’interaction avec les femmes ivoiriennes. La ministre est elle-même titulaire de la chaire Unesco « Eau, femmes et pouvoir de décisions ». L’accent a également été mis sur la sensibilisation des populations aux disparités hommes-femmes.

La délégation guinéenne, en repérage, était menée par Fatoumata Traoré, directrice générale des centres d’autonomisation et de la promotion des femmes en Guinée, qui a expliqué sa démarche : « Nous avons cru et jugé opportun de venir nous inspirer de l’expérience du modèle ivoirien ». Justifiant le choix de la Côte d’Ivoire par l’avance prise par le pays en matière de droit des femmes, elle souhaite ardemment la poursuite de cette collaboration.

Au centre : Fatoumata Traoré, directrice générale des centres d’autonomisation et de la promotion des femmes en Guinée

Au lendemain de la IVème Conférence mondiale de l’ONU sur les femmes, qui s’est tenue en 1995 à Beijing, la Guinée avait élaboré une politique nationale du genre. Le Chef de l’Etat guinéen Alpha Condé a même dédié son mandat à la cause des femmes et des jeunes. « Nous avons une politique nationale du genre mais nous avons aussi souscrit aux différents traités et conventions aux niveaux régional et international. Le président de la République de Guinée a mis en place une Mutuelle financière des femmes africaines (UFA) et les Mutuelles de croissance économiques », a approfondi Fatoumata Traoré.

Une délégation ministérielle est attendue dans plusieurs semaines à Abidjan pour la signature d’un partenariat sur les questions de genre entre la Guinée et la Côte d’Ivoire.